Bicycle Licensing report by the City of Ottawa, 2012

The idea that cities should license bicycles, or the people riding them, will keep coming up until the heat death of the universe. Did you know the City of Ottawa has already looked into it? Below is the response to a councillor's inquiry about it, which I post here so it's always easy to find down the road. Because this "good idea" will keep coming up until the heat death of the universe. You can read the original report directly from ottawa.ca.

tl;dr edition: Bicycle Licensing an expensive idea that won't do anything the people raising the idea want it to do.


Council Member Inquiry/Motion Form

From/Exp.: Councillor / conseiller Monette
Date: July 13 2011 / 13 juillet 2011
File/Dossier: 08-11
To/Dest.: Deputy City Manager, City Operations / Directeur municipal adjoint, Opérations municipales
Subject/Objet: Bicycle Licensing/ Délivrance de permis pour vélos

Inquiry:

Can staff provide a detailed analysis on the potential of licensing bicycles in the City of Ottawa as well, the cost associated with the implementation. Also – what would be the benefits of required bicycle licensing?

The City of Ottawa supports safe cycling, as shown by the Laurier Street Bike Lanes, and licensing is worth looking into.

Demande de renseignements:

Est-ce que le personnel peut présenter une analyse détaillée de la possibilité de délivrer des permis de vélo pour la ville d’Ottawa de même que des coûts liés à la mise en œuvre d’un tel projet? En outre, quels seraient les avantages d’exiger la possession d’un permis de vélo?

Tel que l’a démontré le projet de voies cyclables séparées sur l’avenue Laurier, la Ville d’Ottawa encourage la sécurité à vélo et la délivrance de permis est un dossier qui mérite de l’attention.

Response:

Response to be listed on the Community and Protective Services Committee Agenda of January 19, 2012 and the Council Agenda of January 25, 2012.

Section 8 of the Municipal Act, 2001 provides generally that municipalities may pass by-laws for the health, safety and well-being of persons and for the protection of persons or property, and Section 51 provides that municipalities may pass by-laws to require that a permit or license be obtained in respect of a wheeled vehicle.

The concept of bicycle licensing was addressed prior to amalgamation at the request of the Ottawa Police Service which cited concerns about stolen property as the point of rationale for the review. The review was undertaken by the Inter-Municipal Law Enforcement Committee (IMLEC) comprised of by-law service representatives from each of the former municipalities. After careful study and consideration, it was determined that the implementation and enforcement of a licensing program would be cost prohibitive, labour intensive and have minimal impact on the reduction of costs relating to stolen bicycle investigations. At the time, it was estimated that the administration of the program alone would cost a minimum of $100,000 annually while only generating revenues of $30,000-$40,000 per annum where reasonable license fees were established. It was also determined that, for such a program to be successful, eight to ten by-law officers would have to be dedicated to enforcement which would further increase the cost of the program

In addition, IMLEC supported the principles that the activity of cycling should be promoted because it is used as a form of transportation that reduces traffic congestion and is both environmentally and economically beneficial. Since the City of Ottawa encourages the public to adopt alternate forms of transportation, including the use of public transit, walking and cycling, to reduce the strain on public roadways, the Department would not be in support of a bicycle licensing by-law as it may discourage individuals from embracing the activity of cycling as a means of transportation.

Staff of the former City of Ottawa, the former Region of Ottawa-Carleton, and the new City of Ottawa have also reviewed the concept of bicycle licensing on different occasions in the past and have consistently recommended against it, primarily for the following reasons:

  • Administrative and enforcement costs would significantly exceed revenues generated by licensing fees;
  • The imposition of fees would discourage residents from licensing their bicycles and hence from using their bicycles as a mode of transportation;
  • If the licensing regulation is intended, in part, to enforce the conduct of bicycle users – that authority already exists through the Highway Traffic Act and, accordingly, the benefits of bicycle licensing from an enforcement perspective would be limited.

City staff has contacted several other cities in the Province of Ontario including Toronto, Hamilton, London and Kingston. To date, none of the cities identified currently license bicycles.

Generally, the licensing of bicycles would have the following benefits and challenges:

Benefits:

  • A licensing program would provide a form of registration, so that licensed bicycles that are recovered after being stolen could be returned to their original owner. Theft of bikes might be reduced slightly if thieves realize stolen bikes can be traced. However, this can also be done through a voluntary bicycle registration program that does not require mandatory licensing.

Challenges:

  • Licensing acts as a “barrier” to cycling, and would discourage residents from choosing it as a preferred mode of travel, which is contrary to the City’s Official Plan policies, Transportation Master Plan, and Ottawa Cycling Plan. One of the benefits of cycling as a mode of transport is its accessibility, and mandatory licensing would make cycling less accessible by introducing a financial and regulatory barrier to cycling.
  • The number of bicycles that would need to be licensed is significant. A 2003 study by Decima Research indicated that the median number of bicycles per household in Ottawa was two; a rough extrapolation of this finding would mean that there may be more than 750,000 bicycles in Ottawa that would need to be licensed.
  • There would be significant complexities in administering and enforcing licensing for non-residents, in particular commuter/recreational cyclists from outside Ottawa (i.e. Gatineau, surrounding municipalities) and visitors/tourists.
  • A licensing program would have to be integrated with the NCC’s “Capital BIXI” public bicycle program, and it would be difficult to associate a specific user with a specific bicycle.

Given the foregoing limited benefits and significant challenges, and primarily based on the fact that bicycle licensing would act as a significant barrier to cycling, it is recommended that bicycle licensing not be implemented in the City of Ottawa. Although there may be some potential value in the development of a voluntary bicycle registration program – the principal purpose of which would be to deter bicycle theft and facilitate the return of recovered bicycles to their rightful owners – such a program would also require human and financial resources to establish and maintain.

Réponse:

La réponse devrait être inscrite à l’ordre du jour de la réunion du Comité des services communautaires et de protection prévue le 19 janvier et à l’ordre du jour de la réunion du Conseil prévue le 25 janvier 2012.

L’article 8 de la Loi de 2001 sur les municipalités permet, de façon générale, aux municipalités d’adopter des règlements municipaux pour la santé, la sécurité et le bien-être des personnes ainsi que pour la protection des personnes et des biens, et l’article 51 permet aux municipalités d’adopter des règlements en vue d’exiger pour certains véhicules sur roues l’obtention d’un permis ou d’une licence.

Le concept de délivrance de permis pour vélos a été abordé avant la fusion, après que le Service de police d’Ottawa a soulevé des préoccupations au sujet du vol. L’examen a été entrepris par le comité intermunicipal d’application de la loi constitué de représentants des Services des règlements municipaux provenant de chacune des anciennes municipalités. Après étude attentive de la question et réflexion, le comité a déterminé que la mise en œuvre d’un programme de délivrance de permis serait onéreuse, exigerait une main-d’œuvre nombreuse et n’aurait que peu d’incidence sur la réduction des coûts relatifs aux enquêtes pour les vols de vélos. On a estimé à l’époque que l’administration du programme coûterait à elle seule au moins 100 000 $ par année, alors que l’établissement de droits raisonnables pour la délivrance des permis ne générerait que des recettes annuelles de 30 000 à 40 000 $. Le comité a également déterminé qu’il faudrait affecter de huit à dix agents des règlements à l’application du programme pour en assurer le succès, ce qui augmenterait davantage le coût du programme.

De plus, le comité intermunicipal d’application de la loi défend le principe qu’il faut favoriser la pratique du cyclisme, parce qu’en plus de réduire la congestion de la circulation, ce moyen de transport est avantageux à la fois pour l’environnement et pour l’économie. Étant donné que la Ville d’Ottawa encourage le public à adopter des modes de transport alternatifs, notamment le transport en commun, à pied ou en vélo, afin de réduire la pression sur les voies publiques, le service n’appuierait pas un règlement municipal prévoyant la délivrance de permis pour vélos, susceptible de rebuter les citoyens qui envisagent d’adopter le cyclisme comme moyen de transport.

Le personnel de l’ancienne Ville d’Ottawa, de l’ancienne région d’Ottawa-Carleton et de la nouvelle Ville d’Ottawa a également examiné le concept de délivrance de permis pour vélos à différentes occasions dans le passé, et ils se sont constamment prononcés contre cette idée, principalement pour les raisons suivantes :

  • les coûts d’administration et d’application du règlement excéderaient largement les recettes générées par les droits de délivrance de permis;
  • l’imposition de droits dissuaderait les citoyens d’obtenir un permis pour leur vélo, et par conséquent de l’utiliser comme moyen de transport;
  • si le permis pour vélo vise accessoirement à régir la conduite des usagers, ce pouvoir existe déjà dans le Code de la route, et par conséquent, les avantages de la délivrance de permis seraient limités à cet égard.

Le personnel de la Ville a communiqué avec plusieurs autres villes de la province de l’Ontario, dont Toronto, Hamilton, London et Kingston, et jusqu’à présent, aucune des villes n’a instauré un permis pour vélos.

En général, la délivrance de permis pour vélos présente les avantages et difficultés suivantes :

Avantages :

  • Le programme de délivrance de permis constitue une forme d’enregistrement, de sorte que les vélos munis d’un permis qui ont été volés et retrouvés peuvent être rendus à leur propriétaire légitime. La possibilité de retracer les vélos pourrait faire hésiter les voleurs et diminuer légèrement l’incidence du vol. Par contre, il est également possible d’obtenir cet avantage par un programme d’enregistrement volontaire des vélos ne comportant pas d’obligation en matière de permis.

Difficultés :

  • La délivrance de permis constitue un « obstacle » au cyclisme et décourage certains résidents à le choisir comme moyen de transport privilégié, ce qui est contraire aux politiques du Plan officiel, au Plan directeur des transports et au Plan sur le cyclisme d’Ottawa. L’accessibilité constitue un des avantages du transport à vélo, et le fait d’instaurer une contrainte financière et réglementaire comme l’obligation de délivrance de permis le rendrait moins accessible.
  • L’obligation de délivrance de permis viserait un grand nombre de vélos. Une étude réalisée en 2003 par le Centre de recherche Décima indique que la médiane du nombre de vélos par ménage à Ottawa est de deux; l’extrapolation de cette donnée signifie qu’il faudrait délivrer un permis pour plus de 750 000 vélos à Ottawa.
  • L’administration et l’application des règlements sur la délivrance de permis entraîneraient d’importantes complications dans le cas des non-résidents, surtout en ce qui a trait aux cyclistes de l’extérieur d’Ottawa qui se rendent au travail à vélo ou qui l’utilisent pour leurs loisirs (c’est-à-dire ceux de Gatineau et des municipalités environnantes), de même que dans le cas des visiteurs et des touristes à vélo.
  • Il faudrait intégrer le programme de délivrance de permis au programme de vélos publics « BIXI de la capitale » de la Commission de la capitale nationale (CCN), et il serait alors difficile d’associer l’usager à un vélo en particulier.

À la lumière des avantages limités et des importantes difficultés susmentionnés, et au motif surtout que la délivrance de permis constituerait un important obstacle pour le cyclisme, il est recommandé de ne pas instaurer la délivrance de permis dans la ville d’Ottawa. En dépit d’un certain intérêt pour la mise en œuvre d’un programme d’enregistrement volontaire des vélos – dont l’objectif principal serait de décourager le vol et de faciliter la remise des vélos retrouvés à leurs propriétaires légitimes – l’adoption et le maintien d’un tel programme exigeraient également des ressources humaines et financières.